Chimère ou Graal, la quête impossible, vol. 2 : le grand Tonio

Bonsoir,
Le deuxième volume de notre hilarant cycle mensuel devrait dérider les plus coincés d’entre nous
Jeudi 10 décembre à 20h00
Profession : reporter / Professione : reporter (1975, Italie-France-Espagne) de Michelangelo Antonioni.
Avec Jack Nicholson dans un des ses plus grands rôles non cabotins et Maria Schneider, juste remise de son tango à Paris.
Au festival de Cannes 1975, un autre petit film sur la quête d’identité remporte trois prix, L’Enigme de Kaspar Hauser, de Werner Herzog, tandis que la Palme d’or va à la Chronique des années de braise, de Mohammed Lakhdar-Lamina. Le vrai film politique n’est peut-être pas celui qu’on croît.
Quoiqu’il en soit, il est permis de penser que le film d’Antonioni fait quand même date dans le cinéma, au moins autant que le film du réalisateur munichois dont nous verrons la semaine prochaine Aguirre, la colère de Dieu en séance associative ciné-club, avant des vacances bien méritées.
Cela n’est quand même pas un hasard de retrouver ces deux comiques, entertainers comme pas un, ne loupant jamais l’occasion d’amuser la galerie, figurer dans un même cycle au thème aussi burlesque.
Pour vous persuader de venir voir et revoir ce grand film digne des Marx Brothers, les sites cinéphiles se mettent tous en quatre et rivalisent d’ingéniosité interprétative :
Les autres sites sont perclus de publicité crétine alors nous ne vous les conseillerons pas. Mais n’importe quel dictionnaire devrait vous informer de l’intérêt de ce film et de ce cinéaste dont nous ne passons qu’un deuxième film en 12 ans ! Mais quelle poilade aussi la première fois !
A bientôt,
PS : le cinéma Majestic vient d’arrêter la liste des films du festival Téléramoche du 20 au 26 janvier 2010. Alors économisez sur le caviar, les smart box, les coffrets DVD collector blouraie, le cellulaire dernière génération (mais qui fait toujours dire t’es où là ?), l’écran plasma qui met la TV 4/3 en 16/9 et autres achats indispensables pour des fêtes vraiment réussies (nous vous conseillons le cadre à photo numérique vraiment utile et agréable, si vous ne l’avez déjà) et gardez quelques euros pour Inglorious Basterds (70), Harvey Milk (15), Un prophète (12), Whatever Works (15) et L’Etrange histoire du fabuleux destin de Benjamin Button (150) si vous êtes plutôt cinéma-américain-déjà-passé-au-Majestic-mais-en-VF et mais surtout pas pour les 3 petits films suivants :
Vincere (9), de Marco Bellochio.
Mary & Max (5), d’Adam Elliot.
Le Ruban blanc (13), de Michael Haneke.
Evidemment, vous garderez aussi un peu d’argent pour le 3ème festi-ciné-Meaux en compagnie du réalisateur de Welcome, Philippe Lioret (rétro 6 films, un ciné-concert et 4 films carte blanche les 29, 30 et 31 janvier 2010). Le programme au complet début janvier.


Le Ciné Meaux Club, association loi 1901 de diffusion de la culture par le cinéma.

Publicités
Cet article, publié dans Programmation, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s